Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 01:39

 

Seigneur qui ci este venu,

petit et grant, jone et chenu,

il vos est trop bien avenu,

sachiez de voir.

Je ne vos wel pas desovoir :

bien le porreiz aparsouvoir

ainz que m'en voize.

Aseeiz vos, ne faites noise,

si escouteiz, c'il ne noz poize :

je sui uns mires,

si ai estei en maint empires.

Dou Caire m'a tenu li sires

plus d'un estei;

lonc tant ai avec li estei,

grant avoir i ai conquestei.

Meir ai passee,

si m'en reving par la Moree,

ou j'ai fait mout grant demoree,

et par Salerne,

par Burienne et par Byterne.

En Puille, en Calabre, en Palerne

ai herbes prises

qui de granz vertuz sunt emprises :

sus quel que mal quel soient mises,

li maux c'en fuit.

Juqu'a la riviere qui bruit

dou flun des pierres jor et nuit

fui pierres querre.

Prestres Jehans i a fait guerre;

je n'ozai entreir en la terre

je fui au port.

Mout riches pierres en aport

qui font resusciteir le mort :

ce sunt ferrites,

et dyamans et cresperites,

rubiz, jagonces, marguarites,

grenat, stopaces,

et tellagons et galofaces

(de mort ne doutera menaces

cil qui les porte.

Foux est ce il ce desconforte

n'a garde que Heures l'en porte

c'il ce tient bien;

si n'a garde d'aba de chien

ne de reching d'azne anciien

c'il n'est coars ;

il n'a garde de toutes pars),

carbonculus et garcelars,

qui sunt tuit ynde,

herbes aport des dezers d'Ynde

et de la Terre Lincorinde,

qui siet seur l'onde

elz quatre parties dou monde

si coin il tient à la raonde,

or m'en creeiz.

Vos ne saveiz cui vos veeiz;

taiziez vos et si vos seeiz :

veiz m'erberie.

Je vos di par sainte Marie

Que ce n'est mie freperie

Mais granz noblesce.

J'ai l'erbe qui les veiz redresce

et cele qui les tons estresce

a pou de painne.

De toute fievre sanz quartainne

gariz en maint d'une semainne,

ce n'est pas faute;

et si gariz de goute flautre,

je tant n'en iert basse ne haute,

toute l'abat.

Ce la vainne dou cul vos bat,

je vos en garrai sanz debat,

et de la dent

gariz je trop apertement

par .I. petitet d'oignement

que vos dirai :

oeiz couinent jou confirai;

dou confire ne mentirai,

c'est cens riote.

Preneiz dou saÿn de marmotte,

de la merde de la linote

au mardi main,

et de la fuelle dou plantain,

et de l'estront de la putain

qui soit bien ville,

et de la pourre de l'estrille,

et dou ruÿl de la faucille,

et de la lainne

et de l'escorce de l'avainne

pilei premier jor de la semainne,

si en fereiz

un amplastre. Dou jus laveiz

la dent; l'amplastre metereiz

desus la joie;

dormeiz un pou,

je le vos loe :

s'au leveir n'i a merde ou boe,

diex vos destruie !

Escouteiz, c'il ne vos anuie :

ce n'est pas jornee de truie

cui poeiz faire.

Et vos cui la pierre fait braire,

je vos en garrai sanz contraire

ce g'i met cure.

De foie eschauffei, de routure

gariz je tout a desmesure

a quel que tort.

Et ce vos saveiz home xort,

faites le venir a ma tort;

ja iert touz sainz

onques mais nul jor n'oÿ mains,

ce Diex me gari ces. II. mains,

qu'il orra ja.

 

RUTEBEUF

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique - dans Rutebeuf
commenter cet article

commentaires